Oxfam réagit face à la nouvelle épidémie d’Ebola au Nord-Kivu

17/08/2018

Le gouvernement congolais a annoncé le 1er août une nouvelle épidémie d'Ebola dans la région de Beni (province du Nord-Kivu). Une région qui fait face à des conflits armés depuis plus de 20 ans. Les équipes d’Oxfam sont sur place et mettent tout en œuvre pour apporter de l’aide aux personnes touchées, en collaboration avec la population locale et d’autres organisations locales et internationales. Votre générosité est vitale pour pouvoir mettre en place une réponse efficace.

Aidez-nous à leur porter secours

Nos actions pour lutter contre l’épidémie d’Ebola

Le Gouvernement congolais, les Nations Unies et en particulier l’Organisation Mondiale de la Santé ont rapidement renforcé leur aide suite à l’apparition de l’épidémie d’Ebola à Beni.  Ils travaillent pour cela en étroite collaboration avec plusieurs organisations humanitaires présentes sur place telles que Médecins Sans Frontières et Oxfam.

  • A Beni, des dispositifs de contrôle mobiles contre l’Ebola ont été mis en place ;
  • la vaccination a commencée ;
  • la recherche des causes de propagation du virus a débutée
  • un plan d’action a été développé, et une campagne de sensibilisation a été lancée auprès des chefs des communautés locales.

Il manque cependant encore une grande partie des fonds nécessaires afin de poursuivre et de renforcer les mesures déjà enclenchées face à cette nouvelle épidémie.

Une région particulièrement propice à la propagation

C’est la première fois qu’une épidémie d’Ebola a lieu dans une zone de conflit. L’insécurité liée aux conflits armés règne depuis longtemps déjà dans l’Est du Congo. Selon plusieurs organisations locales, plus de 1.100 personnes y ont été tuées et plus de 900 kidnappées entre la fin 2014 et fin 2017.  

Dans ce contexte, apporter de l’aide aux victimes et diffuser des informations sur la propagation est particulièrement difficile. De plus, les conflits en cours causent de nombreux déplacements de population qui facilitent la propagation de la maladie et compliquent l’identification des personnes touchées par le virus.

Par ailleurs malgré ces conflits, le Nord-Kivu reste une zone frontalière clef avec le Rwanda et l’Ouganda ainsi que l’une des zones les plus denses du Congo. De nombreux échanges commerciaux et mouvements de populations y ont donc lieu, ce qui ajoute encore aux risques de propagation de la maladie.

Les défis d’apporter de l’aide en zone de conflit

La situation étant très précaire et chaotique, l’accès aux communautés les plus vulnérables et à l’information nécessaire sur la propagation de la maladie est loin d’être garanti. De plus, afin d’éviter la propagation du virus Ebola, les rassemblements - comme par exemple lors des distributions alimentaires - doivent être évités.

Malgré les conflits en cours, les organisations humanitaires doivent également s’assurer de l’impartialité de l’aide d’urgence qu’elles apportent. Elles doivent venir en aide aux personnes qui en ont le plus besoin, indépendamment de la zone dans laquelle elles se trouvent ou de qui est en contrôle de la zone.

Des leçons à tirer de la dernière épidémie dans la région de l’Equateur

Au cours de la précédente épidémie d’Ebola, qui avait commencé en mai dernier dans la province de l’Equateur, les équipes d’Oxfam avaient collaboré avec les communautés locales. Cette expérience a permis de tirer des leçons qui seront bien utiles dans le cadre de cette nouvelle épidémie, ou d’épidémies futures.

L’épidémie d’Ebola dans la province d’Equateur avait été officiellement endiguée le 24 juillet, suite à l’intervention coordonnée du ministère de la Santé congolais. Cette intervention fût une réussite notamment grâce à l’argent récolté rapidement par le gouvernement congolais qui s’élevait à 56,8 millions de dollars. C’est pourquoi nous faisons d’urgence appel à votre générosité, afin de pouvoir réagir aussi rapidement au Nord-Kivu qu’en Equateur.

Faites un don