Philippines : un mois d’aide d’urgence

16/12/2013

Depuis un mois, l’aide internationale permet à des millions de personnes de survivre, mais des lacunes demeurent. Oxfam a besoin de 24 millions d’euros pour venir en aide à 500.000 personnes. Nous avons déjà fourni de l’eau potable, du matériel sanitaires et des abris à 254.000 personnes !

Une aide généreuse et bien coordonnée

Un mois après le passage du typhon le plus violent jamais enregistré, on peut remarquer que les autorités philippines ont activement pris en main la direction et la coordination d’une aide gigantesque et complexe. Ces opérations, alliées à de vastes mesures d’évacuation avant la tempête, ont permis de sauver des vies et ont empêché que la situation ne dégénère en urgence sanitaire. Des bailleurs de fonds et des citoyens et citoyennes du monde entier ont apporté un soutien généreux : près de 400 millions de dollars étaient promis dès les premières semaines. De plus, les organisations locales, nationales et internationales ont collaboré efficacement avec le gouvernement.

Des besoins qui restent immenses

Des millions de personnes, notamment dans les régions rurales et difficiles d’accès, n’ont encore reçu que peu d’aide publique. En outre, un soutien considérable à long terme sera nécessaire pour éviter que les zones sinistrées, dont beaucoup comptaient déjà parmi les plus pauvres des Philippines, ne s’enfoncent davantage dans la pauvreté, ce qui aurait pour effet d’aggraver la vulnérabilité des communautés face au prochain typhon. Et les besoins actuels sont toujours immenses : près de trois millions de personnes sont actuellement tributaires d’une aide alimentaire et quatre millions ont perdu leur maison. Des risques pèsent en outre sur la sécurité de groupes vulnérables, tels que les femmes et les enfants.

Les menaces du changement climatique

Les organisations locales craignent que les typhons tels que Haiyan ne se multiplient à l’avenir sous l’effet du changement climatique. Le pays doit donc redoubler d’efforts pour veiller à ce que les pouvoirs publics et les organisations en première ligne pour toute intervention d’urgence en cas de catastrophe soient mieux armés pour faire face aux chocs à l’avenir. Les tempêtes exceptionnellement violentes telles que Haiyan montrent que les phénomènes météorologiques extrêmes sèmeront inévitablement la destruction. La nécessité d’accords internationaux visant à réduire les émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique est bien plus qu’urgente.

Entre urgence et rétablissement des moyens de subsistance

Des équipes Oxfam sont présentes sur les îles de Cebu, Leyte et Samar, et fournissent du matériel sanitaire, des kits d’hygiènes, des couvertures, de la nourriture et des vêtements. Dans le cadre d’une première phase, nous avons déjà pu venir en aide à plus de 254.000 personnes ! 100 tonnes d’eau potable et de matériel d’aide sont arrivées sur place au total. Jusqu’à présent, 19.000 kits d’hygiène ont été distribués, 70 latrines ont été construites et 150.000 personnes ont pu avoir accès à de l’eau potable (citernes, distributions, kits de purification, installations de douches..).

En parallèle, déjà 35.000 personnes ont bénéficié de programmes pour l’accès à la nourriture, que ce soit à travers des programmes de « travail contre nourriture » pour le déblayage des débris ou des distributions alimentaires et/ou des transferts d’argent afin de permettre aux populations d’acheter de la nourriture et du matériel essentiel pour reconstruire leurs maisons tout en relançant le commerce. Nous organisons également un système de bons pour que les pêcheurs puissent obtenir les fournitures nécessaires à la reprise de leur activité. En ce qui concerne l’agriculture, les équipes d’Oxfam aident les paysans de Samar et Leyte à déblayer et à rétablir des zones de production agricole.

Consultez ici le rapport complet d’Oxfam concernant la réponse humanitaire au Typhon et les leçons à en tirer.