Près d’un quart de l’Europe au bord de la pauvreté

08/09/2015

Entre 2009 et 2013, le nombre d’Européens ne pouvant plus payer leur facture de chauffage ou faire face à des dépenses imprévues est passé de 7,5 millions à 50 millions. Ils font partie des 123 millions d’Européens qui vivent actuellement au bord de la pauvreté. A l’autre bout de l’échelle, notre continent abrite également 342 milliardaires. C’est ce qui ressort du nouveau rapport d’Oxfam intitulé « Une Europe au service de la majorité, et non d'une élite. »

Le rapport d’Oxfam met avant tout en évidence le fait que les inégalités croissantes empêchent toute lutte efficace contre la pauvreté. L’organisation internationale de développement entend ainsi rappeler à l’ordre les ministres européens des Finances qui se réunissent les 11 et 12 septembre prochains.

La Belgique en chiffres

- Une personne sur cinq est exposée au risque de pauvreté et d'exclusion sociale, et plus de 15 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
- Les chiffres pour Bruxelles sont particulièrement alarmants : 40 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté.
- Les richesses sont réparties de façon très inégale parmi la population belge, les 5 % les plus riches possédant autant que les 75 % les plus pauvres.
- Selon un baromètre de l’ONG Transparency international, 70% des Belges sont  convaincus que leur gouvernement privilégie les intérêts des élites.
- Pendant ce temps, la Belgique reste un refuge pour les riches multinationales et les plus fortunés qui utilisent une série de mécanismes fiscaux pour réduire leur impôt. Le rapport cite par exemple le cas d'une des filiales de l'entreprise française EDF qui a utilisé les intérêts notionnels en 2011 pour ne payer que 0,3 % d’impôt.

Le rapport d’Oxfam insiste également sur l’influence prépondérante des individus, multinationales et groupes d’intérêt les plus riches sur les politiques européennes. 82% des groupes qui conseillent la Commission européenne sur les réformes fiscales sont issus des intérêts privés et commerciaux.

Leila Bodeux, chargée de plaidoyer pour les services sociaux de base à Oxfam-Solidarité :

« Nous vivons dans un continent riche où les inégalités ne font pourtant qu’augmenter. Ceci est le fruit de décisions politiques. Réduire l’influence des plus puissants sur les politiques publiques est indispensable si l’on veut combattre la pauvreté et les inégalités. Cela passe entre autres par une transparence plus grande quant aux processus de prise de décision des politiques à mener. Les gouvernements doivent aussi revoir le système fiscal actuel pour que les entreprises paient une part équitable d’impôts. Ils doivent également sortir du schéma de l’austérité pour réinvestir dans les services publics et garantir des salaires décents afin que ce ne soient plus les pauvres qui paient le prix de la crise financière. »    

L’austérité accompagnée d’un système fiscal injuste et régressif sont en effet deux des clés qui expliquent l’accroissement des inégalités en Europe. Depuis la crise de 2007/2008 d’une part, l’Europe a connu de sévères coupes dans les dépenses publiques, l’augmentation de la privatisation des services et la dérégulation du marché du travail. D’autre part, le système fiscal injuste et régressif permet aux multinationales d’éviter de payer des milliards d’euros de taxes. En Espagne par exemple, 90% des recettes fiscales viennent des particuliers et seulement 2% des entreprises. 

Thème: 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.