Que fait Oxfam face au virus Ebola dans le Nord-Kivu ?

Ebola NK - street prevention (resize)
20/09/2018

Déjà touchée par des conflits entre groupes armés, la région du Nord-Kivu (République démocratique du Congo) fait face depuis début août à une épidémie due au virus Ebola. Près de 100 personnes sont déjà décédées.

C’est la première fois qu’une épidémie d’Ebola a lieu dans une zone de conflit. Malgré les nombreuses difficultés rencontrées, Oxfam effectue un travail remarquable dans la région.

Le vaccin, nouvelle arme contre Ebola

Oxfam, déjà bien implantée dans la région, facilite les campagnes de vaccination grâce à son large réseau de partenaires locaux.

Ebola NK - vaccin

Le vaccin est administré aux personnes ayant été en contact avec la maladie, par exemple via un proche. Tout le personnel en contact avec les patients est lui aussi vacciné : équipes médicales ou de recherche des patients, personnel en charge des funérailles, etc.

Oxfam informe et rassure via les responsables locaux

« Nous sommes bien placés pour diffuser l’information auprès des communautés. Nous connaissons les gens, et ils nous connaissent », explique Louise.  Cette collaboration est précieuse, notamment lorsque les mesures de prévention se heurtent aux traditions.

« Dès le début de l’épidémie du virus Ebola, nous avons décidé d’isoler le corps des personnes décédées. Ce n’était pas facile, car la tradition est de veiller les corps plusieurs jours », poursuit Louise. « Nous avons dû organiser un meeting pour expliquer les raisons à la communauté. » 
Ebola NK - Louise(LR)
Louise, députée chef du district de Mangina, aide Oxfam à diffuser l’information au sein de sa communauté.

Les églises, entre autres, sont des lieux idéaux pour diffuser l’information. Les communautés s’y rassemblent régulièrement, et quand un responsable local prend la parole, il est écouté.

Ebola NK - church
Espoir Mahamba (à gauche), un promoteur local de santé pour Oxfam, explique dans une église les précautions à prendre et les symptômes à surveiller.

Relancer au plus vite le commerce local

Le Nord-Kivu est situé dans une région où les échanges commerciaux sont nombreux, malgré les conflits réguliers. La peur du virus vide les marchés, avec des conséquences catastrophiques pour les petits commerçants, déjà au bord de la pauvreté.
 
 « Depuis le début de l’épidémie, je ne vends presque rien. Les gens n’osent pas venir au marché », raconte Marie*, vendeuse au marché de Mangina (photo). « Et ça ne sert à rien d’essayer d’aller vendre ailleurs, les gens [des régions voisines] ont peur de nous. »

Ebola NK - market

Le témoignage de Marie illustre bien les conséquences indirectes de l’épidémie, et l’importance du travail mené par Oxfam et les autres organisations présentes dans la région.

Oxfam est déjà venue en aide à 138.000 personnes

Outre l’information et la vaccination, Oxfam est également présente sur le terrain pour distribuer de l’eau saine, ou encore installer des points d’eau chlorée pour le nettoyage des mains. Cette simple mesure permet déjà de diminuer grandement le risque de transmission.

Vous le constatez, Oxfam et ses partenaires font un maximum pour enrayer l’épidémie d’Ebola au Nord-Kivu. Mais les besoins sont énormes…

Aidez à enrayer l’épidémie d’Ebola Nord-Kivu