Réfugiés congolais expulsés: Oxfam reste vigilente contre le risque de crise humanitaire à la frontière angolaise

09/09/2019

Suite à l’expulsion de près de 370.000 congolais d’Angola en octobre 2018, la situation alimentaire reste critique pour les refoulés congolais qui n’ont pas encore pu regagner leurs villages.

Les conflits intercommunautaires au Kasaï ont provoqué le déplacement de 1,4 million de personnes depuis août 2016 et ont plongé la région dans une situation de crise alimentaire sévère.

La situation s’est aggravée en octobre 2018 lorsque 370.000 congolais qui avaient trouvé refuge en Angola ont été refoulés vers le Kasaï. De retour en RDC, ils ont été confrontés à une crise alimentaire sévère.  

Les autorités congolaises ont très vite été dépassées par le nombre de refoulés qui ont traversé la frontière de la province du Kasaï et ont dû s’entasser dans des petites villes frontalières, comme à Kamako, où de nombreuses personnes sont restées bloquées par manque de moyens et parce que les routes sont souvent impraticables.

Oxfam, appuyée par l'Union Européenne, est venue en aide aux communautés les plus vulnérables à travers la distribution de cash inconditionnel, permettant ainsi à près de 5.400 ménages de se procurer de quoi se nourrir et de faire face à des besoins urgents non-alimentaires.

Cependant les violences intercommunautaires ont persisté par endroits, notamment dans le territoire de Kamonia, où certains ménages ont manqué jusqu’à 3 récoltes, ce qui a prolongé leur état d’insécurité alimentaire. Oxfam a poursuivi ses efforts de cash transfert dans la région et est venue en aide à 7.900 ménages supplémentaires.

Sécurité

La préoccupation actuelle des humanitaires est la sécurité. La situation est bien sûr un terreau favorable aux disputes. Bien qu’Oxfam note une baisse sensible des tensions interethniques à certains endroits, le contexte intercommunautaire au Kasaï reste tendu. L'arrivée en masse de ces refoulés a provoqué des conflits avec les populations locales. Fin novembre, on comptait encore entre 200 et 300 nouveaux refoulés qui traversaient la frontière quotidiennement.

Afin de préserver le statut quo, Oxfam a élaboré un plan de protection communautaire avec les autorités et les leaders locaux pour définir ensemble les actions de mitigation des risques.

Contexte

La région du Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, a basculé dans la violence en août 2016 après la mort d’un chef traditionnel suivie d’une lutte localisée pour le pouvoir coutumier qui s’est répandue dans la région. Ces violences avaient fait près de 3.000 morts dans la région du Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo entre 2016 et 2017 et causé le déplacement d’environ 1.4 millions de congolais en l’espace d’une année. Parmi eux, certains avaient trouvé refuge en Angola voisin.

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.