Sahara occidental: la dynamique politique doit être maintenue malgré la démission de l'envoyé personnel des Nations Unies

Contactez-nous

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Suivez-nous

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.

24/05/2019

Après près de 2 ans dans la fonction, l'Envoyé Personnel du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental, Horst Köhler, a annoncé sa démission pour des raisons de santé le 22 mai 2019. Oxfam remercie M. Köhler pour ses efforts et son engagement à poursuivre la recherche d'un règlement négocié du conflit.

Depuis sa nomination en juin 2017, M. Köhler est parvenu à convoquer les parties prenantes au conflit et les états voisins lors de négociations pour la première fois en six ans. Les deux rounds de négociations, qui ont eu lieu en décembre 2018 et mars 2019, ont relancé la dynamique en vue de la résolution du conflit, qui dure depuis plus de 40 ans.

Haissam Minkara, directeur national d’Oxfam en Algérie, a déclaré: «Le conflit territorial en cours a eu des conséquences humanitaires dévastatrices, et l’incapacité de la communauté internationale à faciliter une résolution a créé un sentiment d’abandon parmi la population de réfugiés sahraouis.

Toutefois, les efforts déployés par M. Köhler au cours des deux dernières années ont ravivé l’espoir d’une solution politique au conflit. Oxfam exhorte le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, à nommer rapidement un successeur pour poursuivre les efforts entrepris par M. Köhler.

Oxfam encourage également toutes les parties à s’engager de manière constructive, transparente et inclusive avec le nouvel Envoyé Personnel des Nations Unies une fois nommé et à assumer leur responsabilité envers le peuple sahraoui de trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable permettant aux Sahraouis de vivre dignement.

Les Nations Unies considèrent le Sahara Occidental comme un territoire non autonome en voie de décolonisation. Il s’étend sur 266,000 km entre l’océan Atlantique, le Maroc et la Mauritanie. Il est divisé en deux par le "Mur de la frontière", long de 2,700 km, qui sépare la partie administrée par le Maroc (ouest) de la zone contrôlée par le Front POLISARIO (est). Une partie de la population sahraouie vit également dans des camps de réfugiés dans le sud-ouest de l'Algérie. La majorité des réfugiés sahraouis dépendent de l'aide humanitaire pour subvenir à leurs besoins essentiels tels que l'accès à la nourriture, à l'eau et à un abri. Oxfam répond à la crise des réfugiés sahraouis depuis 1975.