Un crowdfunding belge pour du lait burkinabè de qualité

31/05/2016

A l’occasion de la Journée mondiale du Lait, le 1er juin, Oxfam-Solidarité lance un financement participatif pour moderniser la mini-laiterie de Bittou, au Burkina Faso, et ainsi renforcer la filière locale face aux importations de lait en poudre en provenance de l’Europe notamment. Objectif : récolter 9.528 euros avant la fin du mois de juin.

Relancer la filière locale


Oxfam-Solidarité travaille depuis 2008 avec l’Union nationale des mini-laiteries et producteurs de lait local au Burkina Faso (UMPL/B) pour soutenir les producteurs et productrices locaux.

« Comment assurer une production tout au long de l’année ? Comment mieux faire face aux changements climatiques ? Comment écouler son lait et en vivre dignement ? Comment faire face à la concurrence du lait en poudre européen ? Voilà les questions auxquelles apporter des réponses. Cela passe par de meilleures techniques d’élevage, de gestion des pâturages, mais aussi par le développement de la filière du lait local, un renforcement des capacités de l’Union et des outils plus performants », explique Thierry Kesteloot, responsable du plaidoyer Souveraineté Alimentaire d’Oxfam-Solidarité.

La mini-laiterie de Bittou existe depuis 30 ans et presque tout se fait encore à la main. Sans modernisation des appareils, la laiterie ne peut pas traiter de plus grands volumes. De plus, dans un climat très chaud comme au Burkina Faso, le lait doit être traité rapidement et dans des conditions d’hygiène les plus sûres possibles.

Une première pour un projet de cette ampleur

C’est pourquoi Oxfam espère récolter au moins 9.528 euros via le financement participatif pour l’installation d’une machine de pasteurisation et d’une machine de conditionnement. A partir de 5 euros, les citoyens belges peuvent donc investir dans le développement de la filière locale via la plateforme crofun.com (mot-clé : laiterie) ou via oxfamsol.be/laiterie.

Ce type de financement est une première pour Oxfam en Belgique et un véritable test. La modernisation de la mini-laiterie de Bittou dépendra en effet des résultats crowdfunding.

Luc Colebunders, président de la Fédération belge de Crowdfunding, salue l’initiative :
« Oxfam est la première ONG de Belgique à financer un projet Nord-Sud de cette ampleur via un financement participatif. Tous les coûts du projet ont été clairement indiqués et les participants au crowdfunding pourront voir les résultats par la suite. La réussite du projet dépend entièrement de la participation des citoyens, il s’agit donc d’un vrai test pour Oxfam et les projets de ce genre. »

En pratique

  • Pour soutenir la mini-laiterie de Bittou, rendez-vous sur crofun.com avec le mot-clé « laiterie » ou via le lien https://www.crofun.com/fr/project/2087-soutenons-la-laiterie-de-bittou#.V0hiSkb8psw
     
  • Plus d’infos sur www.oxfamsol.be/laiterie
     
  • Possibilités d’interview des représentants des producteurs belges et burkinabè présents au Burkina Faso
     
  • Possibilités d’interview concernant le crowdfunding ou la problématique laitière auprès de nos responsables au siège d’Oxfam-Solidarité, à Bruxelles
     
  • Du matériel photo est disponible sur demande


Notes aux rédactions

 

  • Les 9.528 euros serviront à l’installation :
  • d’une machine de pasteurisation (4.192,35 €)
  • d’une machine de conditionnement (5.335,72 €)

 

+ si le compteur dépasse les 9.528 €, des investissements :

  • pour le conditionnement du lait en sachets  (1.524,49 €)
  • pour pouvoir constituer un stock d'alimentation pour les vaches (1.905,61 €)
     
  • La modernisation de la mini-laiterie de Bittou n’est pas un projet isolé. Les producteurs de lait local au Burkina ne sont d’ailleurs pas isolés. Ils collaborent avec les producteurs familiaux de lait belge et avec Oxfam-Solidarité. C’est ainsi que Faircoop, la coopérative qui a créé le label Fairebel, le syndicat des producteurs de lait belge (le MIG) et le syndicat européen des producteurs de lait (EMB) se sont associés aux producteurs de lait burkinabè. Ils ont déjà financé une première mini-laiterie, à Ouahigouaya et ont permis le lancement du label Fairefaso, qui comme Fairebel, entend défendre un lait local de qualité.

    Les producteurs familiaux belges et burkinabè font face à une menace commune : la politique laitière européenne. Produire toujours plus à moindre coût fait en sorte qu’en Europe, les producteurs n’arrivent plus à dégager de marge bénéficiaire. Tandis que la surproduction européenne amène un excédent transformé en lait en poudre qui est exporté au Burkina Faso à bas prix, une concurrence déloyale pour les producteurs du Burkina Faso.

    En ce moment-même, Erwin Schöpgens, président de Faircoop et membre du MIG et de l’EMB se trouve pour visiter la mini-laiterie qu’ils ont financé. Ils participeront également au lancement du label Fairefaso au Burkina lors des « 72h du lait local ».
Partenaire: 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.