Un premier sommet humanitaire encourageant

25/05/2016

Les 23 et 24 mai, le tout premier Sommet mondial sur l’action humanitaire a été organisé à Istanbul. Oxfam était présente dans la délégation belge.

Le but de ce Sommet humanitaire mondial : prendre des mesures pour mettre fin aux souffrances des millions de personnes touchées par les conflits et les catastrophes. Actuellement, 125 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire au niveau mondial.

Les priorités pour Oxfam lors de ce sommet ? Que des mesures concrètes soient prises pour :

  • protéger les populations civiles des horreurs de la guerre,
  • soutenir les personnes forcées de quitter leur pays
  • et aider les populations locales à prendre leur avenir en main.

Une délégation belge était présente à Istanbul, aux côtés du Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo. Liesbeth Goossens d'Oxfam-Solidarité a suivi les négociations de près. Elle revient à Bruxelles avec une impression en demi-teinte.

Des mesures pour une aide d'urgence plus rapide

« Le sommet a mené à quelques succès. » explique Liesbeth Goossens. « Les grands donateurs, l’ONU et les différents ONG se sont mis d’accord pour donner une place centrale aux organisations locales dans les actions d’aide d’urgence, pour simplifier l’analyse des besoins et pour limiter les exigences administratives. Ces mesures devraient permettre à l’aide d’urgence d’arriver plus rapidement auprès des personnes qui en ont besoin. »

Un manque de volonté politique ?

« A Istanbul, l’un des gros points noirs était l’absence de certains dirigeants qui auraient eu un rôle crucial à jouer. Cela montre bien le manque de volonté politique à de nombreux niveaux vis-à-vis des 125 millions de personnes à travers le monde qui souffrent des conséquences de conflits ou de catastrophes naturelles. La réussite ou non du Sommet dépend surtout de la suite : quel sera l’impact réel sur le terrain ? » conclu Liesbeth Gossens.

Plus de détails sur les priorités d’Oxfam en matière d’aide humanitaire ?

Lisez le rapport d'Oxfam  : « S'engager pour le changement »