Update Réaction Oxfam : à l'encontre de nos valeurs

14/02/2018

Indignation et consternation. Voilà le sentiment général à Oxfam-Solidarité. En 2011, plusieurs membres du personnel d'Oxfam se sont rendus coupables de comportements indécents et d’avoir eu recours à des prostituées en Haïti après le séisme. Depuis d’autres allégations ont été publiées sur des faits similaires dans d’autres pays. Des actes odieux qui vont à l’encontre de toutes nos valeurs et de notre mission.

Les personnes concernées en Haïti ont payé pour des relations sexuelles et ont abusé de leur pouvoir en tant que travailleur humanitaire. Oxfam se bat pour la bonne cause : ces personnes auraient dû se battre pour protéger les hommes et les femmes les plus vulnérables au lieu d’abuser de leur pouvoir.

 

Des mesures plus strictes

Ce scandale touche tous les employés d’Oxfam en plein cœur ainsi que nos bénévoles. Ces quelques personnes ont eu des comportements totalement inacceptables. Nos procédures internes étaient à l’époque trop faibles pour prévenir ces abus.

Ils ont brisé notre confiance et celle de nos sympathisants et des autorités politiques. Ces personnes ne représentent en rien pour quoi Oxfam se bat au quotidien.

Nous faisons tout pour faire la lumière sur ces affaires et collaborons en toute transparence avec les autorités pour y parvenir. Nous avons déjà mis en place de nouvelles mesures plus strictes pour l’ensemble de notre personnel.

Restaurer la confiance

Nous sommes aussi conscients que la confiance de tous nos sympathisants est soumise à rude épreuve. Nous allons tout faire pour restaurer cette confiance. Et nous savons que cela passe par nos actes et par notre impact sur le terrain notamment.

Oxfam lutte contre la pauvreté à travers le monde et contribue à sauver des millions de vies. Nous continuons à croire en ces milliers de collaborateurs et ces dizaines de milliers de bénévoles qui portent nos valeurs quotidiennement. C'est notre priorité d'être transparents, honnêtes et ouverts à la discussion sur notre manière d'aborder ces comportements indécents.  Nous espérons pouvoir restaurer la confiance que nous portent nos sympathisants, collaborateurs et bénévoles.

Que s’est-il passé exactement ?

En 2010, un tremblement de terre a dévasté Haïti. Des centaines de milliers de personnes ont perdu la vie, leur maison ou des membres de leur famille. Oxfam est intervenue sur place pour apporter de l’aide. C’est à la suite de cette intervention que nous avons appris avec horreur les comportements indécents de collaborateurs Oxfam en 2011.

C’est totalement inacceptable et ces comportements vont à l’encontre des valeurs d’Oxfam. A l’époque une enquête avait été ouverte par la branche britannique qui avait communiqué vers la presse et les instances concernées à ce sujet. 4 personnes concernées avaient alors été licenciées et 3 personnes étaient parties de leur propre chef.

Nous ne pouvons pas confirmer les accusations liées à d’autres pays pour le moment, mais cela met à nouveau en évidence le comportement inacceptable d'un petit nombre de personnes.

Inacceptable

Nous sommes profondément choqués et consternés par les dernières révélations Soyons clairs: leur comportement était et reste totalement inacceptable - une attaque déplorable aux valeurs que nous portons et défendons au sein d’Oxfam. Les actes de quelques-uns remettent en cause les combats menés par Oxfam depuis plus de 60 ans.

Quelles mesures ont été prises contre ces comportements indécents ?

Oxfam prend particulièrement au sérieux toute suspicion d'abus. La branche britannique d’Oxfam a à l’époque lancé directement une enquête interne. L’enquête a été rendue publique en 2011 dans des communiqués de presse et sur leur site.

Les employés concernés ont été suspendus en attendant l'issue de l'enquête. Un certain nombre d'allégations ont ensuite été confirmées par l’enquête. Plusieurs employés ont par conséquent été licenciés et d'autres ont choisi de quitter Oxfam alors que l'enquête était toujours en cours.

L’argent des donateurs a-t-il été détourné ?

Non. Il ne s’agit pas d’un cas de détournement d’argent de donateurs. Les dons qui ont été faits pour Haïti n’ont pas été utilisés dans cette affaire. Plusieurs audits externes ont été réalisés concernant le programme à Haïti à cette époque et ont conclu qu’il n’y avait pas eu de détournement de fonds ou de fraude.

Pourquoi Oxfam n’a pas contacté la police haïtienne ?

Oxfam Grande Bretagne a bien réfléchi à contacter la police locale à l’époque. Mais nous avons reçu des conseils juridiques en Haïti à ce moment-là, qui nous avaient indiqué qu’était extrêmement improbable qu’il soit donné suite à une telle requête. Ceci à cause de la nature des accusations et de la situation de chaos où était le pays à la suite du tremblement de terre.

Comment nous attaquons-nous aux comportements sexuels abusifs et affaires de prostitution ? 

A ce stade, nous devons reconnaitre que notre réponse en 2011 n'a pas été à la hauteur des standards que nous prônons aujourd’hui. Une telle situation n’aurait jamais dû être possible. Oxfam s’engage à un changement réel et profond dans la façon dont nous traitons les accusations et les cas de harcèlement sexuel, d'exploitation et d'abus.

Suite à l’évaluation approfondie d’Oxfam Grande Bretagne après son enquête interne, Oxfam a renforcé en conséquence ses mesures de protections (safeguarding) à travers le monde et la manière dont elles étaient mises en œuvre.

  • Un comité de protection (safeguarding) spécifique a été créé, afin de travailler à la prévention du harcèlement sexuel, de l'exploitation et des abus à travers Oxfam.
  • Nous avons aussi mis en place une ligne directe (hotline) pour dénoncer ce type d’abus (accessible aux employés et à tout collaborateur, en 5 langues : Français, Anglais, Arabe, Espagnol et Portugais.)
  • L’identification et la formation de points focaux (personnes de contacts spécifiques) au sein des affiliés Oxfam à travers le monde
  • Notre Code de conduite a été mis à jour et renforcé, ratifié en octobre 2017 par le Conseil d'administration.
  • Développement d'un programme de transformation culturelle pour mieux former les leaders sur les normes, les attentes et la façon de répondre aux plaintes.

Lisez ici notre dernière réaction vers la presse

Pays: