Vers la justice migratoire avec le CNCD-11.11.11

11/09/2017

La coupole des ONG francophones se mobilise pour demander une politique migratoire plus équitable. Agissons tous ensemble dès le 14 septembre. 

Justice migratoire : quésaco ?

La justice migratoire, ça veut dire offrir une alternative aux politiques restrictives et répressives migratoires actuelles. Elle implique d’inverser la logique qui a prévalu de façon croissante depuis 40 ans et de voir la migration comme a priori possible et positive, plutôt qu’a priori interdite et négative. Elle est basée sur des principes de respect des droits fondamentaux, du droit international, d’égalité des droits et de solidarité.

Le but de cette campagne ? 4 axes de revendications politiques :

1.     S’attaquer aux causes structurelles de la migration

Afin que personne ne doive quitter le lieu où il vit contre sa volonté, il est nécessaire de renforcer la solidarité internationale, notamment via l'aide au développement, les financements permettant de faire face aux changements climatiques mais aussi en facilitant les transferts de fonds des migrants vers leur pays d'origine. En outre, la Belgique doit investir dans la stabilité, la diplomatie et la prévention des conflits, l'aide humanitaire et la reconstruction. Nous devons également rendre l'ensemble de nos politiques cohérentes avec les objectifs de développement durable.

2.     Mettre en place des voies d’accès légales et sûres au sol européen et mettre fin à la violence aux frontières

Il n'est pas possible de prétendre à la fois fermer les frontières à presque tout type de migration légale et empêcher les migrations irrégulières. Il est donc urgent de rouvrir des voies d'accès légales et sûres pour les candidats à la migration. Cela commence par le respect des conventions internationales, de plus en plus bafouées : la Convention de Genève sur les réfugiés et son principe de non refoulement doivent être scrupuleusement respectés.

3.     Instaurer l’égalité de droits afin de renforcer la cohésion sociale

Les politiques migratoires doivent être accompagnées de politiques permettant aux arrivants de trouver leur place dans leur pays d'accueil. Cela commence par l’octroi de permis de séjour stable. Afin que les migrations n'entraînent pas de dumping social, c'est vers le haut que les droits doivent être harmonisés. L'accès aux droits sociaux ne doit pas être lié au statut administratif d'une personne, mais doit servir à assurer l'égalité et la dignité.

4.     Communiquer un discours juste et positif sur les migrations et lutter contre les préjugés et les amalgames

La justice migratoire réclame des discours et actions politiques et médiatiques en adéquation avec la réalité des faits et des chiffres et non basés sur des préjugés et des  amalgames amenant à des discriminations. Elle implique la mise en œuvre des mesures garantissant l’égalité de droits et des politiques d’intégration et d’interculturalité, véritables levier pour valoriser le potentiel des migrations.

A vous d’agir !

Le jeudi 14 septembre, à 18h30, le CNCD organise une grande action devant des dizaines de maisons communales du pays. L’objectif ? S’y réunir pour demander des politiques locales plus accueillantes envers les migrant(e)s, sans papiers et réfugié(é)s.

Tous les détails sur cette action et comment y participer sur www.communehospitaliere.be