Votre plombier est-il une femme ? En Jordanie, c'est le cas

19/02/2021

En Jordanie, l’eau est une ressource particulièrement précieuse. Pour ne rien arranger, le réseau de distribution vétuste est à l’origine de nombreuses fuites. On estime que 40 % de l’eau disponible est perdue à cause de celle-ci. Le projet AWANE, soutenu par Oxfam vise à la fois à promouvoir une gestion mieux contrôlée de l’eau, et à encourager l’entreprenariat des femmes dans le domaine de la plomberie.

Le projet AWANE vise à former 400 femmes aux techniques de base de la plomberie dans les régions de Zarqa et Balqa. En plus de leur fournir des compétences pour leur usage quotidien, ce projet a pour but de les encourager à identifier et saisir les opportunités de lancer leur propre activité professionnelle dans ce domaine.

La plombière d’Amman

Sur un toit d’Amman, en Jordanie, le tintement métallique d’outils se fait entendre. Une silhouette s’affaire à côté d’un réservoir d’eau, donnant un dernier tour de serrage à une conduite. Les mains qui manient la clé à molette avec assurance sont celles de Mariam Tawfeeq Matlaq, plombière de profession.

L’accès à la vie économique et active reste relativement compliqué pour les femmes jordaniennes. Même avec le soutien de son mari, Mariam a dû franchir de nombreux obstacles pour pratiquer son métier.

« J’ai suivi une formation à la plomberie proposée par une ONG il y a 5 ans environ », se remémore Mariam. « Au début, ça n’a pas été facile. Ce n’est pas un métier typiquement féminin, surtout en Jordanie. J’ai été confrontée à de nombreux défis, mais grâce à dieu, je les ai tous relevés. »

D’apprentie à formatrice grâce à Oxfam

Depuis un an environ, Mariam participe au programme AWANE, qui vise à s’attaquer aux problèmes d’accès à l’eau en Jordanie. Ce projet, menée par le partenaire d’Oxfam ‘Future Pioneers for Empowering Communities’ lui a permis d’enfiler le rôle de formatrice et d’ambassadrice pour l’eau.

« J’organise des formations spécifiquement destinées aux femmes au foyer, afin de leur apprendre les bases de la plomberie », précise Mariam. « Je leur fournis aussi des outils. De cette manière elles peuvent assurer elles-mêmes l’entretien ou les petites réparations dans leur maison. »

Le métier exercé par Mariam est donc particulièrement utile pour la communauté. En donnant à d’autres les femmes les compétences nécessaires pour éviter ou réparer les fuites, elle permet de mieux gérer une ressource de plus en plus précieuse.

Mais elle ne considère pas pour autant être arrivée au bout de ses ambitions.  « Le ciel est la limite », déclare-t-elle en souriant. « Je suis confiante en mes capacités et je vais continuer à relever tous les défis qui se mettront sur mon chemin. Mon rêve deviendra réalité : je prouverai à ma communauté et au monde entier que les femmes peuvent tout accomplir, en dépit des conventions. »

Participez au rêve de Mariam et de milliers de femmes à travers le monde en soutenant les projets d’Oxfam.

Je fais un don