Climate Justice Now!

Climate Justice Now

La justice climatique commence par les droits des femmes

La crise climatique n'affecte pas tout le monde de la même manière. Les femmes issues des pays les moins riches et qui n’ont que très peu contribué au réchauffement climatique sont particulièrement vulnérables.

Pourquoi ?

Climate Justice Now
  • Dans les pays en développement, les femmes produisent 60 à 80 % des aliments. Quand les conditions climatiques détruisent leurs récoltes, elles ne peuvent plus assurer une production suffisante pour nourrir leur famille.
  • Les femmes contraintes de quitter leur foyer lors de catastrophes climatiques sont particulièrement vulnérables aux violences physiques et sexuelles.
  • L’accès des femmes à la terre, au crédit, et à l’éducation est très limité d’autant qu’elles sont souvent exclues des instances de décisions. C’est particulièrement le cas des femmes rurales et autochtones, encore plus vulnérables au dérèglement climatique.
  • À cause de l’exploitation industrielle des terres et de la sécheresse, les femmes rurales doivent parcourir des distances de plus en plus longues pour trouver de l’eau et du bois, nécessaires pour se chauffer et cuisiner.

Les femmes font partie de la solution :

climate & gender
  • Si les femmes avaient accès aux mêmes ressources que les hommes, elles pourraient augmenter leur production de 30 %, ce qui pourrait réduire le nombre de personnes souffrant de la faim de plus de 150 millions.
  • En milieu rural, les femmes utilisent et gèrent les ressources naturelles comme l’eau, la terre et le bois. Elles ont une expertise en matière de semences et de cultures durables. Leurs compétences renforcent la résilience face à la crise climatique et sont à soutenir.
  • Concrètement, le réchauffement climatique se transforme en surcharge de travail pour les femmes. Encourager le leadership des femmes dans la prise de décision garantit que le genre soit pris en compte dans les politiques sur le changement climatique.

Crise climatique et droits des femmes au Pakistan

Malnutrition, mortalité infantile et conflits autour de l’accès à l’eau potable. Voilà la réalité quotidienne de milliers de familles dans la province de Sindh, au sud du Pakistan. Oxfam y développe des programmes pour remédier à ces problèmes. Nous y aidons aussi des femmes à revendiquer leurs droits.

Sara Solangi - Pakistan - Oxfam

« Avant, ma vie était très dure », raconte Sara Solangi. « À cause du manque d’eau, nous ne pouvions pas cultiver nos terres et nous devions marcher 15 kilomètres pour accéder à l’eau potable. En plus, les femmes ne pouvaient pas quitter leur maison sans l’autorisation de leur mari. »

Depuis trois ans, elle est membre d’un groupe communautaire local qui mène campagne pour obtenir de l’eau potable et pour faire entendre la voix des femmes auprès des décideurs politiques locaux et des propriétaires terriens. Elle obtient de l’aide dans ses démarches par le Management Development Foundation (MDF), un partenaire d’Oxfam au Pakistan. Elle y a suivi une formation en leadership féminin.

Décrouvez l’histoire de Sara

Actus